0
Retour

le Journal

Interview de Gauthier Borsarello pour notre limited edition : la chemise en jeans

Actualité S&O

Interview de Gauthier Borsarello pour notre limited edition : la chemise en jeans

Incontournable, la chemise en jeans est un vêtement très versatile : portez là avec un blazer bleu marine et vous donnerez une touche de cool à une tenue classique. Sans veste, sur un chino ou un pantalon casual, la chemise en jeans se porte facilement en dehors du pantalon, à tout moment de la journée.

chemise denim lunette soleil

La chemise en jeans... cet incontournable du vestiaire masculin est notre chemise du mois d'avril. Pour cette "limited edition", nous vous proposons une chemise avec un traitement particulier, de nouvelles options de style et l'expertise d'un ami, client et passionné : Gauthier Borsarello.

Incontournable, la chemise en jeans est un vêtement très versatile : portez là avec un blazer bleu marine et vous donnerez une touche de cool à une tenue classique. Sans veste, sur un chino ou un pantalon casual, la chemise en jeans se porte facilement en dehors du pantalon, à tout moment de la journée.

Le jeans est d'ailleurs un tissu très complexe. Historique et iconique, il traverse les époques, les modes et on le retrouve en toute saison, chez tous les designers. Pour en savoir plus sur ce tissu, nous avons fait appel à Gauthier Borsarello, fondateur du showroom Vintage for Fashion. En tant que spécialiste menswear et du vintage, Gauthier possède beaucoup de connaissances historiques et techniques sur le vêtement, les tissus et leur confection. Nous faisons appel à ses lumières sur le jeans en particulier, tissu iconique et intemporel, qui traverse les années.

Interview de Gauthier Borsarello

Gauthier Borsarello

Swann et Oscar : Bonjour Gauthier, peux-tu te présenter ?
Gauthier Borsarello : Passionné de fabrication et d'histoire du vêtement masculin, et après avoir travaillé chez Cifonelli, Edward Green et Ralph Lauren en tant que Vintage Specialist, je suis à présent consultant pour différentes marques sur le produit et l'image. Je fournis des pièces anciennes uniques ou rares pour de l'inspiration, à la vente et à la location, développe des moodboards, recommande des fabricants selon les budgets et les lieux de fabrications souhaités par mes clients, développe avec ma femme des patronages et des dessins techniques pour les usines. Je suis actuellement directeur du style chez Holiday Paris, marque de vêtements pour homme et femme créée par le directeur artistique Franck Durand.

S&O : Ce mois-ci, on s’attaque à la chemise en jeans, mais avant qu’on ne poursuive sur ce sujet, peux-tu nous éclairer sur son origine ? Parle-t-on de la même chose entre jeans et denim ?
G.B. : Ce sont deux termes qui définissent la même toile avec deux étymologies différentes. Denim viendrait de "toile de Nîmes", car la teinture des toiles brutes et de travail étaient localisée dans le sud de la France, ainsi qu'en Italie. C'est là aussi d'où vient le terme de "Jeans", déformation américaine de "bleu de Gênes" en "blue jeans". Rien n'est prouvé car c'est de la déformation de langue parlée au fil du temps.

S&O : Peux-tu nous en dire plus sur la construction et l'histoire du jeans ? A quoi est-il reconnaissable ?
G.B. : Le jeans ou denim est une armure sergée (armure trois pour un), ce qui donne ces diagonales de la toile, car les fils de chaines se décalent d'un cran tous les trois fils, la chaine est blanche, et la trame est bleue. Cette armure et ce choix de couleurs de fils de chaine et trame était à l'origine purement économique : moins de fils bleu = moins de teinture. L'objectif de conserver une surface extérieur foncée était d'avoir un vêtement moins salissant (cette toile était réservée aux travailleurs et aux pauvres.) On trouve le denim jusqu'au XIX dans différentes matières (chanvre, lin, coton), mais la plus commune est la toile de coton.
Le jeans est également reconnaissable par sa couleur indigo, une teinture très particulière qui existe depuis des décennies : l'indigo est présent dans de très nombreuses civilisations dans le monde entier. Mais cette façon de tisser ce sergé avec une chaine blanche et une trame bleu est originaire d'Europe et est arrivé aux USA avec Levi Strauss au XIXeme siècle. Le jeans sert au départ à équiper les pionniers et chercheur d'or, puis est popularisé par la jeunesse américaine de l'après guerre, qui se révolte à son retour, manquant de reconnaissance et de travail. Ils portèrent le peu de vêtements qu'ils pouvaient se payer, et surtout, un vêtement qui résistait à leur lifestyle.
Brando, McQueen, James Dean immortalisent cette jeunesse au cinéma dans "The wild one" ou "Rebel without a cause". Le tisseur mythique est Cone Mills (USA). Le mythe des métiers à tisser américain achetés par les japonais qui créeraient aujourd'hui le meilleur denim est inventé dans les années 80 par le patron de Evisu qui essayait de légitimer leur production, qui était en réalité fait sur des métiers à tisser à navettes certes (donc selvage), mais des métiers japonais et pas américain.
Les américains abandonnent les métiers à tisser à navettes dans les années 70, car leurs laizes étaient trop large, donc peu rentables, à l'ère de l'industrialisation pendant laquelle il fallait faire un maximum de mètre en un minimum de temps, abandonnant le selvage au profit de toiles faites sur métier à tisser industriels.

S&O : Lorsque l’on parle de chemise en jeans, qu’est-ce-qui te vient à l’esprit ? As-tu une pièce iconique en tête ?
G.B. : La pièce iconique lorsque l'on parle de chemise en jeans est à mon sens la chemise de cowboy, avec les boutons à pressions. Tout le reste est en chambray (Big Yank, Sweet Orr, OshKosh, JCPenney etc.). Pour la petite histoire, les boutons pressions ont en fait été créés pour que la chemise puisse s'ouvrir et ne pas étrangler le cowboy s'il était amené à chuter à cheval.
Le chemise en denim était, à ma connaissance, exclusivement réservée au cowboys. Les travailleurs étant plus souvent équipés de chemise en chambray, moins résistantes mais plus aérées, moins lourdes et plus confortables.

S&O : On aime le denim car c’est un tissu très particulier, qui bouge au fil du temps et s’embellit au fur et à mesure des délavages. D’un point de vue technique, qu’est-ce-qui permet à ce tissu de se patiner ainsi ?
G.B. : C'est l'indigo dont on parlait précédemment qui permet de rendre le jeans unique. Pour l'histoire, l'indigo vient de partout (Afrique, Asie, USA, Europe). Son plus gros défaut est à la fois sa meilleur qualité : c'est une teinture de merde. Il se fixe mal sur les toiles, il déteint sur tout et perd vite sa densité et de sa profondeur. C'est pourquoi les jeans se patinent autant et que vous avez les mains bleues lorsque vous portez une nouvelle paire. Pour fixer l'indigo dans le coton, il faut de l'ammoniaque. Autant dire que cela ne se trouvait pas partout, donc le plus simple était... d'uriner dans les cuves pour que l'indigo se fixe bien sur la toile... À savoir aussi que le pigment indigo ne devient bleu qu'au contact de l'air. À la base, il est jaune/verdâtre. Mais au contact de l'air il s'oxyde et devient bleu : plus ou moins selon la toile, la quantité de teinture, de fixateur, etc...

S&O : Peux tu nous éclairer aussi sur les types de délavages que l'on peut faire subir au jeans ?
G.B. : Il y a le délavage aux enzymes, qui mangent la teinture et décolore en "creusant" chimiquement dans la teinture. Le bleached est quasiment la même chose mais en utilisant de la javel ou un produit liquide qui décolore la toile. Le stone est fait avec des cailloux, souvent une sorte de pierre calcaire qui poncent la toile. Toutes ces techniques peuvent être utilisé sur la toile avant de monter le vêtement, ou en "garment dying" qui consiste à délaver le vêtement déjà monté. L'effet est très différent.

S&O : Enfin, pour sortir un peu de la chemise, as-tu des des marques à recommander et des conseils à donner à nos clients pour choisir une belle paire de jeans ?
G.B. : Je recommande fortement RRL, la gamme héritage de Ralph Lauren au 4ème étage de la boutique de Saint Germain pour une fabrication 100% américaine. Je trouve intéressant d'avoir un produit cohérent avec son histoire. Là-bas sur une grande sélection de jeans, la toile est américaine, ainsi que les rivets en cuir et la fabrication également !

 

Une chemise en jeans délavé

Nous vous proposons une chemise en jeans dont le tissu provient du spécialiste italien du denim : le tisseur italien Albiate qui appartient au groupe Albini, au même titre que Thomas Mason. L'une des plus belles qualité que l'on trouve dans la collection Albiate est la gamme Victoria. Si vous vous en souvenez bien, nous avions déjà sélectionné un tissu de cette gamme pour l'une de nos premières chemise du mois : la chemise en denim et soie "Victoria Silk" qui vous avait beaucoup plu.

Tissu Denim
Le tissu Victoria est composé de fils beaucoup plus fins que ceux que l’on retrouve dans les chemises jeans du prêt-à-porter traditionnel. En effet, le titrage 120s double retors (120/2) de ce denim permet de préserver une chemise souple et très agréable à porter. Alors que l’on pense généralement à un tissu rugueux lorsque l’on parle de jeans, cette chemise s’enfilera très facilement et vous serez surpris de ressentir autant de souplesse dans un tissu en jeans.

Ce tissu a subit un délavage à la javel (appelé bleached), traitement qui permet de décolorer mais aussi d’adoucir le jeans du fait de son passage en machine à laver. Un tissu bleu clair très facile à porter car vous pourrez y associer toutes sortes de pantalons et chinos clairs (beige, colorés…) ou même un jeans brut plus foncé (le denim on denim est possible, tant que vous préservez un contraste de couleur).

Focus sur notre nouveau col boutonné

Nous profitons de cette chemise pour vous proposer un nouveau col boutonné : le col Amalfi.
Nom italien car ce col est inspiré des chemises casual à l'italienne : nous avons toujours été fans des cols dont les pointes boutonnées sont assez longues et bien placées pour pouvoir "rouler", c'est-à-dire se courber pour former une sorte de "S". Ici, le bouton du col est placé suffisamment proche du pied de col pour pouvoir bien tenir en place une fois le col ouvert, mais aussi suffisamment haut pour faire rouler les pointes du col. Un détail très subtil que les amateurs de sprezzatura apprécieront !

Pour bien accompagner ce col, nous avons opté pour un boutonnage à gorge américaine qui vient souligner l'aspect casual de cette chemise. La gorge est cet empiècement de tissu à la verticale qui accompagne les boutons. Du fait de la surpiqure apparente, il met en avant le boutonnage. Nous pensons qu'il accompagne bien un col boutonné et c'est un duo gagnant pour des chemises de ce genre, que vous pourrez porter souvent, sans prise de risque. Petit détail en plus également, l'ajout d'une poche sur la gauche de la poitrine vient rappeler les chemises preppy en oxford des étudiants d'Ivy League...

Nouveau poignet : l'arrondi demi-lune

Autre nouveauté également inspirée des chemises à l'italienne : le poignet arrondi demi lune. Très raffiné et stylé, ce poignet est très particulier et sa forme singulière révèle en fait beaucoup de subtilités, aussi pratiques qu'esthétiques.

Vous remarquerez tout d'abord deux choses qui sautent aux yeux :
1. L'arrondi très prononcé en forme que nous appelons "demi-lune"
2. Un placement de bouton plus bas, au début du poignet, pour finir la manche avec une grande ouverture

La subtilité technique réside aussi dans le fait que ce poignet n'est pas tout à fait cylindrique... mais conique ! C'est-à-dire qu'il sera plus large à la base (au niveau de l'avant-bras) qu'au niveau de la main.
Ceux qui aiment faire leurs poignets pas trop larges sentiront tout de suite la différence ! Les très élégants reconnaîtront quant à eux ce poignet au premier coup d'oeil, tant on n'en voit peu sur des chemises.

Des boutons en nacre naturelle et une nouvelle forme de poche

Les plus attentifs d'entre-vous auront remarqué ces boutons inédits dans notre offre actuelle... Nous aimons les boutons en nacre, mais souhaitions souligner davantage le fait qu'ils puissent être utilisés sur des chemises casual. En lieu et place de nos traditionnels boutons en nacre fine ou même épais, de couleur blanche, nous optons cette fois-ci pour une couleur dite "naturelle" car ce beige aux reflets dorés soulignent en fait l'aspect originel de certaines nacres. Avec ce bouton, nous offrons une alternative à la fois raffinée et moins formelle de choix de boutons pour des chemises "sport" telle que cette chemise en denim que nous vous présentons aujourd'hui.

Autre nouveauté : cette poche "diamant" que nous apercevons ci-après. Plus petite que les poches standard, celle-ci accompagne parfaitement les chemises week-end. Caractérisé par sa forme dont les bords pointent vers le bas, elle mesure 10,5cm de largeur sur 12cm de hauteur. Fonctionnelle, mais surtout plus esthétique (nous vous déconseillons d'utiliser votre poche pour ne pas tirer sur ses coutures), elle accompagne bien les chemises avec gorge américaine et/ou col boutonné.

poignet demi lune chemise en jeans

Focus poche diamant chemise denim

Inspirations Swann et Oscar

Porté ouvert, le col boutonné Amalfi reste bien en place sous les revers de la veste
tenue formelle chemise denim
Pour une version plus formelle, mais très italienne, choisissez un petit col positano pour pouvoir associer une cravate.

Denim Uni Bleu, Col Amalfi
176,00 €

Dans le même style...

Découvrez également 2 autres modèles de chemise en jeans : à gauche, une version indigo brut avec une poche ; à droite, une version plus formelle avec un col petit positano et le même tissu délavé.

Chemise Denim Bleu Foncé Chemise Denim Bleu Foncé
Chemise Denim Délavée Chemise Denim Délavée

Twill Uni Bleu, Petit Col Positano
176,00 €
Denim Uni Bleu, Petit Col Positano
206,00 €

 

Ces articles peuvent vous plaire

Raid Atlas Raketa / S&O

Actualité S&O

Raid Atlas Raketa / S&O

lire la suite
La flambée du cours du coton

Actualité S&O

La flambée du cours du coton

lire la suite